Yassine Temlali : «Une révolution qui efface de notre paysage Abdelaziz Bouteflika et sa coterie, c’est très bien. Une révolution qui, en plus, accélère notre régénération morale, c’est encore mieux»

«Une révolution qui efface de notre paysage Abdelaziz Bouteflika et sa coterie, c’est très bien. Une révolution qui, en plus, accélère notre régénération morale, c’est encore mieux. Or, cette régénération suppose de reconnaître que les dégâts de l’autoritarisme ne sont ni seulement politiques, ni seulement sociaux, ni seulement économiques. Elle suppose de reconnaître que le “nouvel Algérien” n’existe pas encore, car il n’a pas pu s’inventer au fil de quelques marches contre le 5e mandat, eussent-elles été un magnifique creuset pour une certaine conscience citoyenne. Le nouvel Algérien se formera patiemment, au fil d’une longue marche vers le progrès depuis longtemps interrompue. On en verra une esquisse le jour où les étudiants, aujourd’hui formidablement mobilisés, admettront que le plus grand crime du régime à leur endroit, c’est d’avoir privé leur écrasante majorité d’une instruction de qualité et se souviendront que certains d’entre eux, peu avant cette renaissance, manifestaient pour le droit de passer en année supérieure avec une moyenne de 8 sur 20.

Oui, la révolution rend meilleur à condition de ne pas être déjà convaincu d’avoir toujours été, de toute éternité, un peuple parfait, auquel le régime d’Abdelaziz Bouteflika ne se serait imposé que par le fer et par le sang.»

Source : Contribution dans huffposmaghreb

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :