Mohammed DIB, est un écrivain algérien, né le 21 juillet 1920 à Tlemcen et décédé le 2 mai 2003 à La Celle Saint-Cloud (France)

Mohammed Dib : «S’il n’y prenait garde, le persécuté endosserait à son tour la responsabilité d’un persécuteur»

«Si l’humilié entrait dans le jeu de l’adversaire, malheur à lui, il se condamnerait à s’associer au cycle des violences où un coup en appelle un autre, et à faire couple à la fin avec son ennemi. S’il n’y prenait garde, le persécuté endosserait à son tour la responsabilité d’un persécuteur.»

Source : Simorgh – Roman – Editions Albin Michel – 05/02/2003

Simorgh de Mohammed DibLe Simorgh est cet oiseau mythique dont Avicenne, Attar ou Rumi ont célébré le mystère. Le Simorgh, c’est aussi ce puzzle littéraire où Dib mêle allégrement le conte, la nouvelle, l’essai et le journal pour aborder les thèmes qui traversent son oeuvre, la langue, l’étranger, la fascination du désert, le pouvoir du rêve et de l’imaginaire. Et Simorgh, s’il s’ouvre par un mythe né au Proche-Orient, se clôt par une autre image à l’aune de notre destinée, celle d’OEdipe à Colone, un vieil homme qui, après avoir subi tragédie et exil, rejoint apaisé la terre de ses ancêtres.
Mohammed DIB, est un écrivain algérien, né le 21 juillet 1920 à Tlemcen et décédé le 2 mai 2003 à La Celle Saint-Cloud (France)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :