Mohammed DIB, est un écrivain algérien, né le 21 juillet 1920 à Tlemcen et décédé le 2 mai 2003 à La Celle Saint-Cloud (France)

Mohammed Dib : «La vie que nous menons depuis nos plus lointains ancêtres n’est plus une vie»

«Ce n’est pas une vie que la nôtre. La vie que nous menons depuis nos plus lointains ancêtres n’est plus une vie. Nous nous ennuyons et nous n’avons plus la force de vivre.
Nos parents, nos grands-parents, les parents de nos grands-parents… avaient tous des devoirs. Pour eux, la vie ne pouvait se passer de devoirs. Ce que nous savons d’eux, ce qui nous est parvenu de leur temps, la manière dont ils comprenaient l’existence, me fait dire ça. Précisément la conscience de ces devoirs avait fait d’eux des hommes, alors que nous, nous n’avons pas trouvé mieux que de nous libérer des nôtres. Comme des bêtes, nous mangeons et ne pensons à rien. Il n’y a plus de devoirs. Nous sommes des hommes qui n’ont plus de tâches à accomplir.
Notre vie nous semble inutile ; nos actes nous paraissent inutiles ; nous nous promenons, inutiles nous-mêmes, sur cette terre ; nous ne trouvons aucune joie dans nos travaux, qui sont devenus des travaux anciens. Pas de joie dans nos amitiés, pas de joie dans les paroles que nous échangeons avec nos semblables, pas de joie à voir grandir nos enfants, pas de joie à voir nos biens fructifier. C’est bien le signe qu’il nous faut des tâches nouvelles. Nous vivons et agissent uniquement par nécessité, pour en pas laisser la flamme s’éteindre, et en attendant des jours meilleurs. La vie reviendra avec sa joie quand nous aurons découvert de nouveaux travaux à accomplir.»

Source : L’incendie – Roman – Edition du Seuil – 1er janvier 1954

Mohammed Dib, est un écrivain algérien, né le 21 juillet 1920 à Tlemcen et décédé le 2 mai 2003 à La Celle Saint-Cloud (France)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :