Mohamed Fellag : «Les élections étaient si transparentes que l’on voyait le nom du président avant le dépouillement»

Un responsable politique algérien disait que la « fraude est aux élections ce que l’ombre est à l’homme ». Or il faisait lui-même partie de la commission chargée de surveiller le vote. Un humoriste disait d’ailleurs que les élections étaient si transparentes que l’on voyait le nom du président avant le dépouillement.

Source : Djurdjurassique Bled – roman – éditions JC Lattès – 1999

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :