Jean Sénac, est un poète et révolutionnaire algérien. Né à Béni-Saf en Oranie le 29 novembre 1926 et assassiné à Alger le 30 août 1973

Jean Sénac : «Je suis né algérien. Il m’a fallu tourner en tous sens dans les siècles pour redevenir algérien et ne plus avoir de comptes à rendre à ceux qui me parlent d’autres cieux»

«Je suis né algérien. Il m’a fallu tourner en tous sens dans les siècles pour redevenir algérien et ne plus avoir de comptes à rendre à ceux qui me parlent d’autres cieux.
“Va te la pillencoul, trésor !” Je suis de ce pays. Je suis né arabe, espagnol, berbère, juif, français. Je suis né mozabite et bâtisseur de minarets, fils de grande tente et gazelle des steppes. Soldat dans son treillis sur la crête la plus haute à l’affût des envahisseurs. Je suis né algérien, Comme Jugurtha dans son délit, comme Damya la Juive – la Kahéna ! – comme Abd-el-Kader ou Ben-M’hidi, algérien comme Ben-Badis, comme Mokrani ou Yveton, comme Bouhired ou Maillot. Voilà. Il faut lâcher des mots comme s’ils pouvaient faire balle. Je gueulerai pour mon pouvoir».

Jean Sénac, est un poète et révolutionnaire algérien. Né à Béni-Saf en Oranie le 29 novembre 1926 et assassiné à Alger le 30 août 1973

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :