Jean-Mouhoub Amrouche, est un écrivain, journaliste littéraire et homme de radio algérien, né le 7 février 1906 à Ighil Ali (Béjaïa) et mort le 16 avril 1962 à Paris

Jean-Mouhoub Amrouche : «Je suis algérien, c’est un fait de nature. Je me suis toujours senti algérien»

«Je suis algérien, c’est un fait de nature. Je me suis toujours senti algérien. Cela ne veut pas seulement dire que je suis né en Algérie, sur le versant sud de la vallée de la Soummam, en Kabylie, et qu’un certain paysage est plus émouvant, plus parlant, pour moi, que tout autre, fût-il le plus beau du monde. Qu’en ce lieu j’ai reçu les empreintes primordiales et entendu pour la première fois une mélodie du langage humain qui constitue dans les profondeurs de la mémoire l’archétype de toute musique, de ce que l’Espagne nomme admirablement le chant profond.
C’est cela et bien plus ; l’appartenance « ontologique » à un peuple, une communion, une solidarité étroite de destin, et par conséquent une participation totale, à ses épreuves, à sa misère, à son humiliation, à sa gloire secrète d’abord, manifeste ensuite; à ses espoirs, à sa volonté de survivre comme peuple et de renaître comme nation.
J’étais, je suis de ce peuple, comme il est mien.»

Jean Amrouche, Rabat, 1958.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :